Homme Clé Direct


Interview de Daniel Loire, Directeur In Extenso Finance & Transmission

  Voir tous les articles

5356df992b808Interview de Daniel Loire, Directeur Associé, In Extenso Finance et Transmission (Groupe Deloitte), sur la gestion du risque Homme Clé dans le private equity

Sur quels types de dossiers intervenez-vous principalement ?

J’interviens sur une large gamme de missions : recherche de financement ou de cibles mais aussi conseil en management, étude de valorisation, coaching de dirigeant dans le cadre de restructuration…

En quoi la présence d’un Homme Clé change-t-elle la valeur d’une entreprise ?

Lors d’une opération de haut de bilan, la valeur d’une société est appréciée en considérant bien sûr ses performances comptables mais également ses facteurs d’attractivité et les risques qu’elle porte. Et le risque attaché à l’Homme Clé peut être déterminant pour l’appréciation de la valeur.
Le risque lié à un homme-clé est qu’il parte, qu’il décède ou qu’il devienne incapable de travailler.
En définitive, l’Homme Clé est une richesse… mais aussi un risque majeur.

Comment vous prémunissez-vous ?

La solution radicale est de supprimer l’Homme Clé !
Mais pour cela, il faut auparavant l’avoir identifié, ce qui n’est pas toujours simple. Ainsi cette entreprise de matériel médical de pointe s’est retrouvée un jour dans l’incapacité de livrer car sa production faisait l’objet d’un revêtement spécial appliqué chez un sous-traitant… par un opérateur spécialisé, seul détenteur du savoir-faire, et qui est tombé malade.
L’Homme Clé peut être le dirigeant, le responsable commercial grands comptes, le responsable R&D, le responsable informatique concepteur de l’ERP, un fournisseur, un partenaire… bref, tous ceux, à l’intérieur ou autour de l’entreprise, qui détiennent un élément de ressources clé ou une partie sensible du fonds de commerce.

Ensuite, on applique une politique de gestion de risque :

  • mesure du risque : combien cela coûte si la personne n’est plus là ?
  • réduction des aléas : comment puis-je réduire les hypothèses d’indisponibilité ? Concrètement, on travaille sur la santé, l’évolution de carrière, la réduction du risque accident (en déplacement par exemple) et la sur la satisfaction au travail et la motivation.
  • réduction des conséquences des aléas : les mesures peuvent être multiples. Par exemple, doublonner les postes, organiser la gestion des connaissances, structurer la gestion des contacts clients (CRM)…

Il reste des cas où l’entreprise n’a pas les moyens de supporter le risque résiduel. Elle doit alors céder son risque à des tiers comme un assureur en prenant une assurance décès/invalidité.

En ultime ressort, nous pouvons être amenés à envisager l’arrêt ou la cession de l’activité concernée.

Quel est votre accompagnement en tant que conseil de l’acheteur ?

Le risque Homme Clé/Femme Clé fait partie des sujets abordés en amont avec l’acheteur. Notamment, nous cherchons à évaluer la part du chiffre d’affaires réalisé sur la tête du patron vendeur. Nous analysons aussi les modalités prévues par le pacte d’actionnaires en cas de décès/invalidité d’un associé.
Par la même occasion, le risque de mésentente entre associés survivants est également regardé. Une garantie décès sur la tête des associés est un moyen simple de maîtrise du risque par la réduction des conséquences.

Et en tant que conseil du vendeur ?

Nous aidons le vendeur à préparer sa vente, ce qu’il devrait initier un ou deux ans à l’avance.
De la même manière que pour un acheteur, nous allons mesurer le risque, prendre des mesures de limitation des aléas et de traitement du risque lui-même.
A titre d’illustration, nous suggérons de réduire les déplacements du cédant, de travailler en préventif (bilan de santé régulier, équilibre vie privée/vie professionnelle), de travailler sur la rémunération et la reconnaissance de ses salariés clé.

En conclusion ?

Un risque, c’est la résultante d’une valeur, d’un aléa et d’une perte. Le risk-management consiste à identifier et mesurer, à prévenir et protéger, enfin à couvrir – donc à céder le risque – notamment auprès d’un assureur.

A propos d’In Extenso Finance & Transmission

En 2013, MK Finance et In Extenso créent In Extenso Finance & Transmission, membre du Groupe Deloitte. Le groupe d’expertise comptable In Extenso complète ainsi son offre de services aux dirigeants de PME, en intégrant une nouvelle expertise en fusions et acquisitions.
In Extenso Finance et Transmission est spécialisé dans le conseil en fusions, acquisitions et financements d’entreprises et intervient plus particulièrement auprès des dirigeants de PME sur les transactions de 1 à 50 millions d’euros.
In Extenso Finance & Transmission bénéficie du réseau In Extenso en France : 205 agences et 4 000 collaborateurs ; et dans le monde avec les implantations du Groupe Deloitte dans plus de 150 pays.